Soins

Nous recevons les personnes de façon individuelle, en couple sur leur demande, et en exercice de groupe.

 

Les personnes orientées sur l’association viennent de façon volontaire ou sous main de justice, dans le cadre d’alternatives aux poursuites (Parquet, Médiation Pénales) ou après une condamnation (Sursis Mis à l’Epreuve avec obligation de soin…).

 

L’association PASSIBLE est aujourd’hui très bien identifiée par la grande majorité des partenaires judiciaires et associatifs.

 

La durée du suivi est variable en fonction du temps judiciaire, des capacités de travail psychique des personnes, mais nous observons que les personnes orientées sur PASSIBLE investissent massivement l’espace de soin et nos résultats sont très positifs : 70% des personnes orientées investissent le soin.

 

Nous avons des retours de nos partenaires (SPIP, Médiatrices Pénales) montrant l’efficacité du soin chez les auteur(e)s de violences conjugales ; le couple arrive à se séparer ou reprend la vie commune mais sur un autre mode de relation.

Pour faire cesser la violence, se faire aider c’est possible

Nous nous situons dans une prise en charge psychodynamique de la personne ; la violence devient un symptôme que nous pensons dans l’histoire générale de la personne ; les entretiens ont pour but de restaurer narcissiquement, de donner du sens à l’agir violent, de le resituer dans une histoire et de permettre au patient de redevenir sujet, en travaillant sur sa relation à l’autre.

 

Notre attention permanente de ne pas être en « connivence » avec le patient : il est toujours clairement posé, dit et redit que la violence agie (comportementale et /ou psychologie) est condamnable et inadmissible. Aucun doute n'est laissé flottant quant à la responsabilité de l'auteur(e) devant ses actes ; notre motivation est de faire cesser la violence ; car nous avons toujours en tête la victime et les enfants du couple.

 

L'auteur(e) de violences conjugales s'est autorisé à braver des interdits et à enfreindre la loi. En portant atteinte à autrui, il est souvent perçu comme « un monstre » et partiellement réduit à ces actes, actes qui produisent un effet de sidération voire de fascination sur l'entourage, sur les autres... La pensée circule alors peu et mal autour de lui.

 

Le parti-pris de PASSIBLE est celui de la prise en compte de la subjectivité, celui de rencontrer un Sujet derrière la figure du monstre. Et de se recentrer sur la question de sa souffrance.

Les entretiens sont gratuits après avoir pris une adhésion à l'association de 35 euros par an.

Photographies, création web design
www.fabricegrondeau.com